Cloner son chien décédé : est-ce un progrès ?

Une entreprise sud-coréenne clone des chiens décédés à partir de cellules. Un rêve pour certains propriétaires. Un cauchemar pour les animaux ?

Les 26 et 28 décembre 2015, deux chiots sont nés à la Sooam biotech research foundation, un laboratoire de biotechnologie sud-coréen. Ils sont les clones d’un chien décédé, sur lequel des cellules ont été prélevées douze jours après sa mort. Une opération qui aura coûté 90 000 € aux propriétaires (lire sur Internet L’Édition du Soir du 29 décembre). Derrière cet incroyable défi technique se cache, hélas, une triste réalité.

Des chiennes donneuses et receveuses

Prélever quelques cellules sur l’animal décédé n’est en soit pas compliqué, puisqu’un lambeau de peau un peu épais suffit. L’échantillon est ensuite transféré en Corée du Sud. L’ADN de ces cellules est alors isolé et réintroduit dans des ovocytes dont on a enlevé le noyau. Ils proviennent de chiennes vivantes, appartenant au laboratoire, et sont prélevés a priori sous anesthésie générale. Les ovocytes qui ont bien réagi au transfert du noyau, et à différentes manipulations destinées à activer la division cellulaire, sont ensuite implantés dans le ventre d’une chienne receveuse.

Une centaine d’ovocytes pour un clone

Lire la suite