5 choses à vérifier avant d’adopter un animal chez un éleveur

La SPCA de Colombie-Britannique appelle les futurs propriétaires d’animaux à être plus vigilants après qu’elle eut récemment secouru 66 chiens et chiots d’une ferme d’élevage où ils étaient maltraités près de Vancouver.

L’organisme de protection animale a recommandé des accusations criminelles envers les responsables du lieu et demande aussi au gouvernement provincial de mieux encadrer le secteur de l’élevage des animaux domestiques notamment en mettant en place des inspections obligatoires et un système de permis exigeant.

En attendant l’adoption d’un cadre légal, c’est aux citoyens d’ouvrir l’œil, selon Kathy Powelson, directrice de l’organisme Paws for Hope, qui dégage cinq mauvais signes à garder à l’esprit avant d’adopter un compagnon à quatre pattes.

  • 1. L’éleveur ne montre pas le lieu de vie de ses animaux

Tout éleveur réputé n’hésitera pas à montrer aux futurs propriétaires où ses animaux vivent et jouent. Kathy Powelson conseille d’en profiter pour observer la santé des parents qui est «  un bon indicateur de la santé de l’animal que vous vous apprêtez à acheter ».

  • 2. L’éleveur vend aussi ses animaux en magasin

« Aucun éleveur réputé ne vend dans des animaleries. Si vous achetez un animal en magasin, il provient d’un mauvais éleveur », assure Kathy Powelson qui indique que la même règle s’applique pour les éleveurs qui vendent leurs portées sur Kijiji ou Craigslist, où « les gens choisissent et achètent leur chiot comme une paire de chaussures ».

  • 3. L’éleveur vend plusieurs races d’animaux

Un bon éleveur s’en tient généralement à une ou deux races de chiens, selon Kathy Powelson. « Ils sont censés être des experts de la race qu’ils vendent, connaître le tempérament qui lui est attaché, la santé, le comportement et le style de vie qui convient », explique-t-elle, regrettant que ceux qui ont trop de races de chiens ou d’animaux ne possèdent souvent pas le niveau de connaissance adéquat.

Lire la suite