Les animaux sauvages seraient-ils des détecteurs de tremblements de terre?

Une étude scientifique démontre que les animaux désertent les zones avant les événements sismiques

On avait entendu parler des animaux désertant des zones entières avant un tremblement de terre, mais une étude scientifique internationale semble avoir pour la première fois démontré le phénomène, rapporte CNN.

Ce phénomène a été mis en évidence grâce à des caméras placées dans le parc national Yanachaga au Pérou.

Un changement significatif dans le comportement des animaux plus de trois semaines avant le tremblement de terre de magnitude 7 qui a eu lieu en 2011.

En temps normal, la caméra repérait entre 5 et 15 animaux, une vingtaine de jours avant l’événement, il y en avait 5 ou moins, et quelques jours avant le tremblement de terre, plus aucun animal n’était détecté, ce qui est très étonnant dans une zone montagneuse généralement très riche en vie sauvage.

Le Dr Rachel Grant, spécialiste de biologie animale et environnementale à l’Université Anglia Ruskin University au Royaume uni, a déclaré à CNN qu’il est possible que la présence d’ions positifs dans l’air, générés à grande échelle lorsque les roches sont compressées avant un tremblement de terre, pourraient expliquer la fuite des animaux, qui y sont réfractaires.

Le syndrome de sérotonine, provenant de la quantité trop importante d’ions positifs dans l’air, et qui peut provoquer chez l’homme des céphalées, des nausées, de l’angoisse, pourrait être à l’origine du départ massif des animaux, ressentant un inconfort.

Les animaux les plus sensibles à ce déséquilibre entre ions positifs et ions négatifs, seraient les rats, qui réapparaissent dans ces circonstances pour disparaître rapidement.

Cela intéressera sûrement vos amis, cliquez sur Recommander (J’aime) ou Partager.

Source