Les animaux peuvent-ils contracter le virus ?

L’épidémie actuelle du virus Ebola en Afrique de l’Ouest a soulevé plusieurs questions concernant la façon dont la maladie affecte la faune et, en particulier, les risques sur les animaux de compagnie.Les informations disponibles suggèrent que le virus est présent chez plusieurs espèces d’animaux mais le CDC, le ministère américain de l’Agriculture et l’American Veterinary Medical Association (AVMA) ne pensent pas que le risque de contamination des animaux de compagnie par le virus Ebola soit important aux États-Unis.

Dans quelle mesure les animaux sont-ils impliqués dans la flambée d’Ebola ?

Comme le réservoir naturel du virus Ebola n’a pas encore été confirmé, la manière par laquelle il se propage aux humains au départ d’une flambée reste inconnue. Cependant, les scientifiques pensent que le premier patient contracte l’infection au contact d’un animal, comme une chauve-souris frugivore ou un primate (grands singes et singes). Ce phénomène s’appelle un cas de débordement. La transmission interhumaine s’ensuit et peut entraîner la contamination d’un grand nombre de personnes. Lors de précédentes flambées d’Ebola, des primates ont aussi été touchés par la maladie et de nombreux cas de débordement se sont produits lorsque des personnes ont touché ou mangé des primates infectés. En ce qui concerne l’épidémie en cours en Afrique de l’Ouest, les animaux ne sembleraient pas constituer un facteur dans la transmission actuelle du virus Ebola.

Comment le virus Ebola se transmet-il ?

Lorsqu’une infection se produit chez les humains, le virus peut se transmettre aux autres de différentes façons. La maladie à virus Ebola se transmet par contact direct (au travers d’une lésion cutanée ou de muqueuses, celles des yeux, du nez ou de la bouche par exemple) avec :

le sang ou les fluides corporels (notamment mais pas exclusivement l’urine, la salive, la sueur, les selles, les vomissures, le lait maternel et le sperme) d’une personne atteinte de maladie à virus Ebola
des objets (tels que des aiguilles ou des seringues) qui ont été contaminés par le virus
Le virus Ebola ne se transmet ni par l’air ni par l’eau, ni en général par les aliments. Les moustiques ou autres insectes ne peuvent pas transmettre le virus Ebola. En Afrique, elle peut toutefois se transmettre suite à la manipulation de viande de brousse (animaux sauvages chassés pour être mangés) et au contact de chauves-souris infectées.

Seules quelques espèces de mammifères (par exemple, les hommes, les singes et les grands singes) semblent pouvoir être atteintes du virus Ebola et le transmettre. Il n’existe aucune preuve de transmission du virus Ebola par les moustiques ou d’autres insectes.

Quels types d’animaux domestiques sont les plus susceptibles d’être infectés par le virus Ebola ou de développer la maladie ?

Certains animaux domestiques exotiques ou inhabituels (comme les singes ou les porcs) ont un risque plus élevé d’être infectés par le virus Ebola et d’excréter le virus s’ils sont exposés au virus.

Est-ce que les chiens peuvent être infectés par le virus Ebola ou développer la maladie ?

Pour le moment, il n’existe pas de rapport signalant que des chats ou des chiens aient été malades à cause du virus Ebola, ni qu’ils puissent transmettre ce virus à l’homme ou à d’autres animaux. Même dans des régions d’Afrique où le virus Ebola est présent, il n’y a pas de signalement de chats ou de chiens malades d’Ebola. Il existe quelques preuves que les chiens peuvent être infectés par le virus mais il n’y a pas de preuve qu’ils développent la maladie.

Aux États-Unis, les chiens et les chats risquent-ils de développer la maladie à virus Ebola ?

Le risque d’une flambée d’Ebola touchant de nombreuses personnes aux États-Unis est très faible. Par conséquent, le risque envers les animaux de compagnie est également très faible car il faudrait qu’ils soient en contact avec le sang ou les fluides corporels d’une personne touchée par le virus Ebola. Même dans les régions d’Afrique où le virus Ebola est présent, il n’y a pas de signalement de chats ou de chiens malades d’Ebola.

Peut-on contracter le virus Ebola par l’intermédiaire de son chat ou de son chien ?

Pour le moment, il n’existe pas de rapport signalant que des chats ou des chiens aient été malades à cause du virus Ebola, ni qu’ils puissent transmettre ce virus à l’homme ou à d’autres animaux. Les chances qu’un chien ou qu’un chat soit exposé au virus Ebola aux États-Unis sont très faibles car il faudrait qu’il soit en contact avec le sang ou les fluides corporels d’une personne touchée par le virus Ebola et présentant les symptômes de la maladie.

Est-ce que le corps, les poils ou les pattes d’un animal de compagnie peuvent transmettre le virus Ebola à l’homme ?

Nous ne savons pas encore si le corps, les poils ou les pattes d’un animal de compagnie peuvent ou non transporter le virus Ebola et le transmettre à l’homme ou à d’autres animaux. Il est important que les personnes et les animaux se tiennent à l’écart du sang et des fluides corporels de toute personne montrant les symptômes d’une infection par le virus Ebola.

Que faire si un animal se trouve au domicile d’un patient atteint d’Ebola ?

Le CDC recommande que les responsables de la santé publique, en collaboration avec un vétérinaire, évaluent les risques d’exposition de l’animal de compagnie au virus (contact rapproché ou exposition au sang ou aux fluides corporels d’un patient atteint d’Ebola). En fonction de cette évaluation et de la situation donnée, les personnes en charge de la santé des êtres humains et des animaux à l’échelle locale et des États détermineront les solutions à envisager pour l’animal.

Puis-je faire subir un test à mon chien ou à mon chat pour le virus Ebola ?

Il n’y a vraiment aucune raison de faire subir un test de dépistage à un chat ou à un chien s’il n’y a pas eu d’exposition à une personne infectée par le virus. Actuellement, il n’existe aucun test de routine pour la maladie à virus Ebola destiné aux animaux.

Est-ce que les porcs peuvent contracter la maladie d’Ebola ?

Le porc est la seule espèce de bétail actuellement connue pour être sensible au virus Ebola. Les porcs ne devraient pas être infectés naturellement par les espèces d’Ebola retrouvées dans l’actuelle flambée du virus Ebola en Afrique de l’Ouest. Cependant, lors d’expériences effectuées en laboratoire sur des porcs, auxquels on a administré des doses extrêmement élevées du virus Ebola (Ebolavirus Zaïre, l’espèce retrouvée dans la flambée actuelle en Afrique de l’Ouest), certains porcs sont tombés malades. La transmission du virus Ebola aux singes par des porcs infectés par le virus a également été démontrée dans le cadre laboratoire. Il est très peu probable qu’un porc soit exposé au virus Ebola aux États-Unis, car il faudrait qu’il soit en contact avec le sang ou les fluides corporels d’une personne touchée par le virus Ebola et présentant les symptômes de la maladie. Les pratiques de production porcine modernes comprennent une biosécurité de l’exploitation agricole et une surveillance des employés strictes, ce qui rend ce scénario extrêmement improbable.

On a constaté que les porcs étaient naturellement infectés par le virus Reston aux Philippines et en Chine. Le virus Reston est une espèce de virus Ebola qui ne cause pas de maladie chez l’homme. Les porcs aux Philippines et en Chine ont été infectés par le virus Reston et d’autres virus notamment le virus du syndrome dysgénésique et respiratoire du porc (SDRP), il n’a donc pas été possible de déterminer avec certitude si le virus Reston était responsable des éventuels signes cliniques chez ces porcs. Aucun signe clinique n’a été observé chez les porcs ayant subi une infection expérimentale par le virus de Reston.

Les porcs peuvent-ils transmettre le virus Ebola ?

Les porcs ne devraient pas être infectés naturellement par les espèces d’Ebola retrouvées dans l’actuelle flambée du virus Ebola en Afrique de l’Ouest (Ebolavirus Zaïre ou virus Ebola), et par conséquent, il n’existe aucune preuve de leur implication dans la transmission du virus. Cependant, il semblerait que le virus Reston pourrait être transmis des porcs aux humains, même si ni les porcs, ni les personnes ne sont touchés par la maladie. Les porcs, y compris les porcs domestiques, tels que les porcs ventrus, ne devraient pas être autorisés à être en contact avec une personne atteinte de maladie à virus Ebola ou sujette à une surveillance active directe. Les porcs sains se trouvant déjà sur le sol américain et n’ayant pas été exposés à une personne infectée par le virus Ebola ne risquent pas d’être infectés ou de transmettre Ebola.

Les singes peuvent-ils transmettre le virus Ebola ?

Oui, les singes sont des animaux à risque par rapport au virus Ebola. Les symptômes de l’infection chez eux sont la fièvre, la perte d’appétit et la mort subite. Les singes ne doivent pas être autorisés à s’approcher d’une personne susceptible d’avoir contracté le virus Ebola. Les singes en bonne santé vivant déjà sur le territoire américain et n’ayant pas été exposés à une personne infectée par le virus Ebola ne risquent pas de transmettre Ebola.

Les chauves-souris peuvent-elles transmettre le virus Ebola ?

Les roussettes d’Afrique sont considérées comme étant un réservoir naturel du virus Ebola. Il n’existe pas de preuve que les chauves-souris d’Amérique du Nord puissent transporter le virus Ebola ; par conséquent, le CDC considère comme très faible le risque que les chauves-souris soient la cause d’une flambée d’Ebola aux États-Unis. Toutefois, on sait que les chauves-souris peuvent apporter la rage et d’autres maladies aux États-Unis. Afin de réduire le risque de transmission de la maladie, n’essayez jamais de toucher une chauve-souris, morte ou vive.

Est-ce que les non mammifères (oiseaux, reptiles, amphibiens ou poissons) peuvent contracter la maladie d’Ebola ?

Il n’existe actuellement aucune preuve que le virus Ebola peut infecter les non mammifères domestiques, comme les oiseaux, les reptiles, les amphibiens ou les poissons. Le virus Ebola n’a pas été détecté chez des espèces non mammifères recueillies lors des précédentes flambées d’Ebola en Afrique.

Quelles sont les exigences pour faire venir aux États-Unis un animal de compagnie ou autre en provenance d’Afrique de l’Ouest ?

Les normes du CDC exigent que les chats et les chiens importés aux États-Unis soient en bonne santé. Les chiens doivent être vaccinés contre la rage avant leur arrivée sur le territoire américain. Les singes et les rongeurs d’Afrique ne sont en aucun cas autorisés à être importés en tant qu’animaux de compagnie.

Le Département de l’Agriculture des États-Unis (acronyme anglais USDA) possède des règles en matière d’importation destinées à protéger le bétail des États-Unis. Ces réglementations portent sur certaines maladies animales qui n’existent pas aux États-Unis, comme la fièvre aphteuse et la peste porcine classique, entre autres. Les réglementations du ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA) interdisent l’introduction d’animaux ruminants (le bétail, les moutons, les chèvres) et les porcs, provenant de la plupart des pays africains à cause de la présence de ces maladies. Des informations supplémentaires sur l’USDA, les animaux et les produits importés sont disponibles.

Chaque État et territoire américain possède ses propres lois en matière de possession et d’importation d’animaux de compagnie, et celles-ci peuvent être différentes des lois fédérales. Les compagnies aériennes peuvent aussi avoir des exigences supplémentaires.


Informations pour les personnes ayant été potentiellement exposées au virus Ebola ayant des contacts avec les animaux

Si une personne est sujette à une surveillance active pour dépister les symptômes du virus Ebola, doit-elle éviter d’être en contact avec des animaux ?

Les personnes sujettes à la surveillance active peuvent rester en contact avec leur animal domestique tant qu’elles ne tombent pas malades. Cela est dû au fait que ces personnes ont été classées dans la catégorie à risque faible (non nul), en fonction de leur exposition à une personne dont l’infection par Ebola est confirmée. Le risque pour les animaux serait également très faible, puisque les animaux devraient entrer en contact avec le sang et les fluides corporels d’une personne atteinte par le virus Ebola pour être atteints.

Si une personne est sujette à une surveillance active directe pour dépister les symptômes du virus Ebola, doit-elle éviter d’être en contact avec des animaux ?

Si le risque de transmission aux animaux est faible selon l’expérience des flambées passées et actuelles, la possibilité de transmission aux animaux ne peut pas être complètement exclue. Pour éviter une mise en quarantaine, ou éventuellement l’euthanasie des animaux, les personnes sujettes à une surveillance active directe doivent éviter tout contact avec les chiens, les chats, le bétail (comme les porcs, les bovins, les ovins et les caprins) et d’autres mammifères, en prenant toutes les mesures de protection pour éviter tout risque de transmission du virus Ebola aux animaux s’ils venaient à développer des symptômes.

Il est recommandé de retirer le ou les animal(aux) domestique(s) du domicile d’une personne asymptomatique sujette à une surveillance active directe dans la mesure du possible. Les responsables de la santé publique devraient travailler avec le propriétaire de l’animal pour déterminer si quelqu’un, de préférence une personne qui ne réside pas au domicile de la personne suivie, peut s’occuper de l’animal jusqu’à la fin de la période de surveillance active directe.

Puis-je m’occuper en toute sécurité de l’animal d’une personne sujette à la surveillance active directe ?

Oui, vous pouvez vous occuper en toute sécurité de l’animal d’une personne sujette à une surveillance active directe. Parce que la personne sujette à une surveillance active directe n’est pas symptomatique et donc n’excrète pas le virus Ebola, l’animal ne présente aucun risque pour les autres personnes ou contacts. Idéalement, l’animal devrait être transféré dans une autre résidence. Aucune restriction n’est nécessaire en ce qui concerne les activités de l’animal domestique lorsqu’il est en dehors de son domicile habituel et qu’une autre personne s’occupe de lui.

Que dois-je savoir si je possède des animaux domestiques et suis sujet à une surveillance active ou une surveillance active directe pour dépister les symptômes du virus Ebola ?

Si vous tombez malade et présentez de la fièvre ou des symptômes comme des maux de tête violents, des douleurs musculaires, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs abdominales ou des contusions ou saignements qui ne sont pas liés à un diagnostic médical existant, prenez les mesures suivantes :

Arrêtez tout contact direct avec d’autres personnes et évitez toutes les interactions avec les animaux domestiques, notamment, ne les caressez pas, ne les portez pas, ne les embrassez pas, ne vous blottissez pas contre eux, ne partagez pas de la nourriture et ne laissez pas l’animal vous lécher.
Contactez immédiatement votre Département de santé local ou l’établissement de traitement médical au premier signe de la maladie (comme une température corporelle plus élevée). Indiquez l’endroit où votre (vos) animal(aux) domestique(s) sera (seront) tenu(s) en sécurité.
Soyez prêt à fournir des détails à un responsable de la santé publique, et notamment quels genres de contacts votre animal a eu avec vous alors que vous aviez des symptômes. Un vétérinaire de la santé publique, en collaboration avec les responsables de la santé publique, déterminera si votre animal court des risques d’exposition à la maladie à virus Ebola et vous indiquera comment prendre correctement soin de votre animal.
Les animaux ne doivent pas quitter les lieux pour quelque raison que ce soit jusqu’à ce qu’une évaluation de l’exposition soit faite par vos responsables de la santé.
Tenez les personnes et les animaux à l’écart de votre sang et vos fluides corporels.
L’animal doit être placé dans une cage, la salle de bains ou une chambre d’amis avec de la nourriture et de l’eau afin pour qu’il soit en sécurité.
Si possible, une personne de votre entourage devrait s’occuper de l’animal afin de veiller à ce qu’il ne soit pas en contact avec vous.
Si vous vivez seul, vous devriez éviter tout contact direct avec l’animal en veillant à ce que l’animal soit bien isolé.
Que se passe-t-il si un animal est mis en quarantaine car il a été exposé à une personne atteinte du virus Ebola ?

Si les responsables de la santé publique déterminent qu’un animal a été exposé à une personne atteinte de la maladie à virus Ebola et doit être mis en quarantaine, l’animal sera retiré de la maison et pris en charge dans un centre de quarantaine pour un minimum de 21 jours. Selon la situation, des tests de dépistage du virus Ebola seront éventuellement effectués. Une fois que le vétérinaire estime que l’animal ne risque pas de développer la maladie à virus Ebola, l’animal sera libéré de la quarantaine et retourné au propriétaire. Une fois la quarantaine de l’animal levée, il ne présente aucun risque pour les personnes ou autres animaux. Aucune restriction n’est nécessaire en ce qui concerne les activités de l’animal domestique après que la quarantaine a été levée.

Intéressant non? Cliquez sur J’aime ou Partagez

 


En savoir plus sur le virus Ebola et les animaux de compagnie tels que les chiens et les chats

Le CDC, le ministère américain de l’agriculture, l’American Veterinary Medical Association et de nombreux autres partenaires ont collaboré pour développer des consignes supplémentaires concernant les animaux domestiques aux États-Unis.

Consignes provisoires pour la quarantaine des chiens et des chats après exposition à un humain ayant contracté la maladie à virus Ebola[PDF – 9 pages]
Consignes provisoires pour les responsables de santé publique concernant les animaux domestiques appartenant aux contacts de cas de maladie à virus Ebola[PDF – 5 pages]

Cela intéressera sûrement vos amis, cliquez sur Recommander (J’aime) ou Partager.

Source : Centers for Disease Control and Prevention