Ces parasites, mycoses et bactéries que nos animaux de compagnie nous transmettent

Tout animal de compagnie peut ramener à la maison parasites, bactéries et autres mycoses. Certaines de ces zoonoses peuvent être transmises à leurs maîtres. Explications.

Votre chat ou votre chien se gratte, perd ses poils par plaques entières, a les yeux collés et irrités… Le premier réflexe est de faire appel au vétérinaire. Mais on oublie que les désagréments de nos hôtes à quatre pattes peuvent être partagés avec leurs maîtres…

Espace. « La transmission de maladies entre l’animal et l’homme est assez fréquente, explique le Dr Fabienne Bernard-Gallaud, vétérinaire à Limoges, surtout si ces animaux vivent dans le même espace que leurs maîtres. Il arrive aussi que la transmission se fasse dans l’autre sens, mais la probabilité est alors beaucoup plus faible. »

Exposés. « Vous savez, ajoute-t-elle, nous (les vétérinaires) sommes les plus exposés et pour ma part, je n’ai contracté que deux ou trois fois un herpès circiné (champignon du type teigne). Cela se traite bien et c’est le plus souvent sans gravité. On parle souvent de la gale, mais elle est très rare, et de la teigne, qui peut être contraignante pour s’en débarrasser. »

Hygiène. La vétérinaire se veut toutefois rassurante : « la plupart du temps, il s’agit de problèmes dermatologiques, parce que les animaux se grattent et déambulent dans la maison, disséminant des spores un peu partout. Cela pose problème quand ces spores s’incrustent dans les moquettes et les tissus. Quant aux traitements préventifs, ils n’existent pas, à part l’hygiène. Il faut alors mettre l’animal en quarantaine, l’isoler dans une pièce le temps du traitement curatif, afin d’éviter qu’il contamine toute la maison. »

Parasites. « Un autre problème courant, reprend-t-elle, ce sont les parasites intestinaux, comme les vers ou les ténias, surtout pour les jeunes enfants qui peuvent traîner dans les litières ou les panières des animaux. Là, pour les animaux comme pour les humains, il existe des traitements très efficaces. »

Refuge. Au refuge de la SPA de Limoges-Bellegarde, les animaux recueillis sont examinés deux fois par semaine par des vétérinaires. « Nous vérifions bien les poils et la peau, détaille Véronique Dutheil, employée au refuge. Nous vermifugeons tous les animaux, en particulier pour éliminer puces et vers. Nous conseillons ensuite à ceux qui les adoptent de les brosser régulièrement , surtout l’été, et de réitérer le traitement deux fois par an. Les problèmes de peau, comme la teigne, sont le plus souvent liés à un problème d’hygiène insuffisante. »

Quarantaine. « Quant aux animaux qui présentent des problèmes de contagion, ils sont mis en quarantaine au refuge le temps qu’ils soient guéris. C’est notamment le cas pour la gale du chien. Ceci dit, malgré toutes les précautions, il arrive que certains animaux soient porteurs d’affections, mais ne déclenchent pas la maladie et ne présentent aucun symptôme. »

NAC. Chats et chiens ne sont pas les seuls animaux domestiques : rongeurs, oiseaux et autres nouveaux animaux de compagnie (NAC – reptiles, araignées, grenouilles,…) sont aussi potentiellemnt porteurs de zoonoses. « Il arrive parfois que les parents achètent un cochon d’Inde pour leurs enfants, que ces derniers le câlinent et qu’il se retrouvent avec des plaques rouges, parce qu’ils ne s’étaient pas rendu compte que le petit animal était atteint de problèmes de peau. Il arrive souvent que l’on confonde cela avec une allergie. »

Quant à la SPA, elle s’occupe bien des lapins et des cochons d’Inde, mais évite de prendre ces NAC en charge.

Pour partager à vos amis, cliquez sur Recommander (J’aime) ou Partager.

Source